Je veux travailler ma voix… que faire ?

  • par

Vous est-il arrivé de vous demander comment avoir une meilleure voix, que ce soit pour parler ou pour chanter ? Ici je vais vous présenter les axes sur lesquels travailler pour améliorer ce que Gérard Bauër appelle notre « second visage ».

Il existe 3 phénomènes qui permettent la production d’un son par les organes de la voix. Ce sont les axes sur lesquels il est possible de travailler pour avoir une meilleure voix que ce soit pour parler ou pour chanter : la production de l’air, la vibration des cordes vocales et la résonance de la voix.

Mais que signifie avoir une meilleure voix ? Cela signifie avant tout de ne pas avoir mal à la gorge après ou durant un effort vocal (parler pendant longtemps, chanter très fort sous la douche…). Cela peut également signifier avoir une voix avec plus de timbre, moins nasillarde, sans “air qui passe”… Comment arriver à cela ? Il faut développer les 3 phénomènes cités plus haut à 3 niveaux de notre corps :

– L’origine de l’air : les poumons et la respiration qui permettent la production de l’air expirer lors de la production vocale.

– Les vibrateurs : les cordes vocales notamment qui en se rapprochant et en vibrant vont créer le son.

– Les résonateurs : Entre autres la bouche et les fosses nasales qui vont permettre de modifier le timbre mais aussi la puissance du son. Cela implique notamment de travailler le système articulateur composé de la langue, la mâchoire etc.

1) Le travail de la respiration

Il est basé notamment sur la détente et l’utilisation la plus fonctionnelle possible de nos poumons grâce à la respiration abdominale. Cette respiration optimale permet ensuite de mettre une pression adaptée au niveau des vibrateurs pour une production du son plus nette. De plus, cette respiration amène une détente au niveau corporel dans son ensemble qui n’est pas à négliger pour la production vocale car plus de stress signifie plus de tension et donc des blocages dans la voix ! Voici un lien pour faire un petit exercice de respiration simple appelé cohérence cardiaque : https://www.youtube.com/watch?v=dGJkzyKHKUE

2) Le travail des vibrateurs

Les cordes vocales sont deux bandes qui, en se rapprochant, vibrent grâce au passage de l’air (comme lorsque vous voulez faire du bruit avec un ballon de baudruche et que vous rapprochez les bords de l’embouchure, cela produit du son). Cependant, il arrive fréquemment que leur accolement soit inefficace ou trop violent… Le travail devra donc de rendre optimal en renforçant l’accolement ou au contraire de l’adoucir.

Pour le renforcer : vous pouvez travailler avec votre diaphragme, ne vous inquiétez pas tout le monde en possède un ! Le fait d’avoir une respiration plus tonique et plus basse peut parfois suffire à améliorer la qualité de l’air.

Ensuite il s’agit d’avoir une bonne posture :

  • Se tenir droit sans baisser ou lever la tête
  • Garder les pieds au sol
  • Travailler sur les résonateurs (explication ci-dessous).

Si les difficultés persistent il est conseillé de rencontrer un.e orthophoniste ou un.e phoniatre.

Pour l’adoucir : Encore une fois, le travail de respiration va permettre d’abaisser les tensions et d’adoucir l’accolement de vos cordes vocales. Ensuite il s’agit d’avoir une parole plus douce. Par exemple, Mademoiselle R., une patiente qui venait en séance pour un forçage vocal, m’avait confié que l’état de sa voix dépendait à qui il parlait ! En effet, lorsqu’elle parlait à un enfant, elle ne ressentait pas autant de tensions. Et de fait, sa voix était de meilleure qualité.

Le fait de se tenir droit peut également aider. En effet, il est hautement probable que vous leviez légèrement la tête en cas d’utilisation prolongée de votre voix et ce n’est pas bénéfique. Vos cordes vocales se voient alors en extension prolongée et non contrôlée ! Si les difficultés persistent il est conseillé de rencontrer un.e orthophoniste ou un.e phoniatre.

3) Le travail des résonateurs

Les résonateurs sont la caisse de résonance de la voix et s’étend des cordes vocales jusqu’aux lèvres et le nez.

(En vérité, l’ensemble du corps est un résonateur, mais je parle plus particulièrement de ceux que l’on peut mobiliser).
Cet espace qui n’est pas à négliger, fait résonner le son et donne la couleur de notre voix. C’est cela notamment qui influence la différence entre deux voix.
A ce niveau, le plus gros travail est de conscientiser les différentes actions faites par les acteurs qui jouent dans cet espace : le pharynx (au fond de la gorge), le voile du palais, les composants présents dans la bouche, la posture … En effet, savoir ce qui qui se passe au niveau anatomique quand le son est produit permet ensuite de “jouer” avec ces composants et de modifier/améliorer le timbre tout en augmentant sans effort l’intensité du son

Petit plus : Le système articulateur

Ici, la plus grosse difficulté est dans la détente et l’amplitude d’ouverture de la bouche. En effet, notamment dans le chant, l’ouverture des mâchoires permet de produire un son plus fort et sans effort. Imaginez que vous augmenter la taille de la boîte de résonance grâce à un cône de circulation, cela permet d’avoir une voix plus puissante !! Et bien, il reste plus simple d’ouvrir plus grand la bouche dans la vie de tous les jours 😉

Bien évidemment dans chaque parties il y a moyen d’approfondir le travail par de multiples exercices. Cependant, ces axes de travail me semblent être une base obligatoire à tout travail vocal que ce soit pour la voix parlée ou chantée.

N’hésitez pas à me contacter si vous avez des questions
A très vite,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *